Warning: fopen(/var/www/easyscango.com/current/system/storage/logs/openbay.log): failed to open stream: Permission denied in /var/www/easyscango.com/current/system/library/log.php on line 6 À propos du paludisme
Ce site utilise des cookies propre et tiers pour améliorer nos services et d'analyser les habitudes de navigation de l'utilisateur. Si vous continuez à parcourir, nous envisageons d'accepter son utilisation. Vous pouvez en savoir plus en visitant notre Politique de confidentialité

À propos du paludisme

Pourquoi mettre l’accent sur le Paludisme ?

Le paludisme est une maladie infectieuse transmise par la piqure de l'animal le plus meurtrier du monde : le moustique. Une fois qu'il pénètre dans le corps humain, le parasite se loge dans le foie où il se multiplie, et fait irruption dans la circulation sanguine où il commence à infecter les globules rouges. Les personnes atteintes du paludisme souffrent de fortes fièvres, de frissons et de maladies pseudo-grippales. Sans traitement, le paludisme peut être mortel - et il alourdit considérablement le coût des systèmes de santé mondiaux dans les régions en voie de développement.

 

 

La moitié de la planète est en danger

Les parasites du paludisme infectent 200 millions de personnes et en tuent 400 000 chaque année. La maladie est généralement présente dans les pays tropicaux et subtropicaux d'Asie, d'Afrique subsaharienne et des Amériques. Même en Europe et en Amérique du Nord, des milliers de cas sont diagnostiqués chez des voyageurs infectés de retour chez eux.

 

La souche la plus meurtrière du paludisme développe une résistance à notre médicament le plus efficace

La résistance à un traitement largement utilisé, l'artémisinine, dans la souche de Plasmodium falciparum a été détectée en Asie du Sud-Est. La raison ? L'artémisinine est utilisée en Asie du Sud-Est depuis des décennies, depuis plus longtemps que dans la plupart des autres régions du monde, ce qui a donné au parasite plus de temps pour s'adapter. L'utilisation répandue de contrefaçons de médicaments, associée à l’administration de doses inappropriées de médicament, ont accéléré la résistance.

 

Les chercheurs dépendent de la microscopie pour suivre les cas de pharmaco résistance.

La majorité des cas sont diagnostiqués à l'aide de tests de diagnostic rapide (TDR) - un dispositif de diagnostic similaire à un test de grossesse à domicile. Alors que les TDR sont rapides et faciles à utiliser, la microscopie permet d'identifier les espèces de paludisme et le nombre total de parasites. Pour cette raison, il est essentiel de surveiller l'efficacité des médicaments.

Cependant, l'analyse d'un frottis sanguin à l'aide d’un microscope requière un technicien de laboratoire qualifié qui observera jusqu'à 100 champs de vision différents et qui mettra 20 minutes pour faire un diagnostic.

 

Le paludisme est l'une des maladies les plus difficiles à identifier sur une lame de microscope

Il y a très peu de spécialistes du paludisme en microscopie hautement qualifiés dans le monde capables de faire un diagnostic avec précision. À des niveaux d'infection très bas, un microscopiste doit être capable de trouver un seul parasite dans 100 000 globules rouges, l'équivalent d’une aiguille dans une botte de foin, en 20 minutes. La fatigue associée à un grand nombre de diapositives et le manque de familiarité avec le parasite entraînent des erreurs de diagnostic et limitent la capacité des chercheurs à comparer les résultats d'une région à l'autre.